Copé prépare t-il la défaite de Sarkozy en 2012?

Jean François Copé n’est-il finalement pas le pire adversaire de Nicolas Sarkozy? Celui qui voudrait se présenter comme candidat de la droite en 2017 n’a-t-il pas intérêt à faire perdre le Président de la République en 2012, afin de ne pas être otage d’une législature sortante en 2017, dépourvu d’arguments crédibles auprès de l’électorat, du fait d’un cassage de dents en règle de la droite sous deux mandatures sarkoziennes? Copé ne serait-il pas trop bon élève du Président, une sorte d’idolâtre-iconoclaste, le tuant politiquement par l’indigestion volontaire des Français, poussant les débats identitaires de la droite jusqu’à la caricature, le ridicule, la défaite ?

 Certains cadres et proches du parti UMP s’inquiètent et s’interrogent de la manière dont Jean-Francois Copé l’anime. On parle d’initiatives qui se voudraient dans la droite ligne de celle locataire de l’Élysée, mais qui serait volontairement dans l’excès, quitte à titiller les zones érogènes de l’extrême droite. Par des débats et autres conventions, autour de thèmes comme l’immigration, l’identité nationale, la double nationalité: autant de questions dont la droite parle, mais que le FN promet d’appliquer.

Et c’est là peut-être la faille du Président et de ses gouvernements successifs: exciter les Français, ne se doutant peut-être pas assez qu’ils peuvent finir dans la couche de l’extrême droite. Celle qui promet de réaliser tous leurs fantasmes, si bien évoqués par l’UMP, mais qui seraient conclus par la fille Le Pen. Un Jules et Jim bien tragique pour l’enfant de Neuilly.

Comment tue-t-on un homme politique? On le fait d’abord monter bien haut, et on lui fait passer une formidable défaite dont il ne se relèvera jamais. Mitterand usera de cette tactique avec Michel Rocard, après l’avoir nommé 1er ministre et mené à sa mort politique par le naufrage des législatives de 1993. Ainsi, le président du parti majoritaire aurait tout intérêt à y surjouer les thématiques identitaires, et à se laisser déborder par la « Droite Populaire » (en voici un excellent exemple, avec en bonus l’apologie de Vichy par Lionnel Luca), créant ainsi le départ des centristes, l’abandon de l’électorat issu de l’immigration et ainsi qu’une bonne partie des gaullistes. Tout cela afin de multiplier les candidatures à droite pour 2012.

L’éclatement de l’UMP et du consensus qui consistait à se mettre d’accord sur un programme afin de présenter un candidat commun partirait dans le caniveau, et provoquerait un « 2012 à l’envers ». Un Nicolas Sarkozy absent du 2nd tour en 2012 serait sa mort politique. Le « Jules & Jim » finirait en « Grande Bouffe », avec un gavage intense de l’électorat sur des thématiques plus qu’à droite, jusqu’à la défaite de l’UMP. Si Copé réussit, c’est un vrai coup de maitre. Réponse le lendemain du 22 avril 2012.

Monsieur Jo

Publicités

Une réponse à “Copé prépare t-il la défaite de Sarkozy en 2012?

  1. Je pense exactement pareil: Coppé a intérêt à ce que Sarko perde, c’est gros comme une maison!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s