À l’UMP, le thème de l’immigration provoque la discorde … et des dérapages

Jeudi 7 juillet était organisée par l’UMP la convention « Les défis de l’immigration » dans une ambiance très tendue. Présidé par Jean-François Copé, nombre de hauts cadres étaient présents, dont les députés Claude Goasguen, Lionnel Luca, Jacques Myard ou encore l’ex-Garde des Sceaux Rachida Dati, afin de debattre d’un des thèmes favori de la majorité. Beaucoup de choses ont été dites, ainsi que quelques dérapages, laissant penser qu’un rubicond a été franchi : l’immigration et l’Islam provoque de violentes réactions chez les militants. Et ce qui était à prévoir arriva: discordes maintenues tant bien que mal par un Jean François Copé se voulant fédérateur et une base militante très agressive sur le thème débattu, en particulier envers des personnalités extérieures venues participer au dit débat. Le plus étonnant, c’est qu’on a pu constater une tension palpable entre Lionel Lucas et Jacques Myard, montrant les crocs et se disputant les militants échaudés. Mais aussi un discours du ministre de l’Intérieur affirmant que la Cour Européenne des Droits de l’Homme négligeait le droit des pays souverains.

Une chose est sure: ce qui tenait par la peinture pète désormais dans tous les sens. Ce qui fédérait hier provoque de violentes disputes au sein de la grande famille de l’UMP. On a pu sentir hier un parti dans la discorde, trouvant peine à se mettre d’accord sur le thème de l’immigration. Et pourtant, l’audience était au rendez-vous et toutes les recettes furent savamment préparés: des intervenants prestigieux comme les ambassadeurs de Grande-Bretagne et du Bénin, une file d’attente conséquente devant l’entrée de la salle Victor Hugo de l’Assemblée Nationale, des médias faisant le voyage, et un ministre de l’Intérieur répondant présent pour y livrer un discours.

Et quel discours ! Revenant sur certains chiffres et autres idées propres au parti majoritaire, Claude Guéant, connu pour son sens du verbe et de la verve, affirma  entre autres que « la France est fière d’accueillir des étudiants étrangers au sein de ces universités. Encore faut-il qu’ils étudient, encore faut-il qu’ils se présentent aux examens, encore faut-il que l’université ne devienne pas un moyen de s’installer durablement en France » (vers la 10e min). Mais aussi sur son idée de la Cour Européenne des Droits de l’Homme « qui a une tendance à négliger les libres choix des états souverains » (vers la 15e min). Il pourrait paraitre fort regrettable d’entendre des remarques à l’emporte pièce de la part d’un ministre. De la part de Claude Guéant, c’est devenu chose commune. Surtout quand une des thématiques était l’immigration choisie et le codéveloppement. On comprend ici que l’étudiant étranger pourrait être considéré par Claude Guéant comme un possible délinquant, sapant ici une partie du travail de Jean-François Copé, à savoir un point de ralliement au sein de l’UMP permettant d’enrichir l’idée d’une immigration diplômée et outil de développement national. Voici son discours en intégralité:

L’occasion fut aussi de diffuser deux micro-trottoirs, dont en voici un dans son intégralité. Salle conquise.

Un des points d’appui de la lutte contre l’immigration, selon certains cadres de l’UMP, serait de réinstaurer les chiffrages ethniques. Fièrement annoncée à la tribune par Lionnel Luca suite à l’impulsion de Claude Goasguen, l’idée d’un registre ethnique communal connait un succès fou à l’UMP. Et visiblement il n’a absolument aucun problème à l’affirmer devant un public acquit à sa cause, et qu’en gros tout n’était pas à jeter dans la politique vichyste :

Malika Sorel fut également invitée à débattre, et put ainsi lancer un « défi » au parti majoritaire pour changer le code de la nationalité, qui selon elle ne serait pas adapté pour faire respecter l’acquisition de la nationalité française par certains immigrés qui n’auraient pas intégré les principes de la République. Le public répondit par un applaudissement extrêmement vigoureux:

Bien que Malika Sorel ait démontré son opposition au chiffrage ethnique des populations, Lionnel Luca saisira l’occasion de rebondir sur les propos de la membre du Haut Conseil à l’intégration, en ajoutant le problème de la polygamie. Salle conquise pour une Sorel qui visiblement n’avait pas l’air d’apprécier. Adepte de la récidive, il fallait noter également une petite pique de Lionel Lucas, qui d’une pierre deux coups, prend en otage Malika Sorel, et s’en prend à Jacques Myard (vers 1 min dans l’extrait):

La LICRA fut également présente à la tribune. Ayant acceptée de débattre avec un parti ne partageant ni ses idées, ni ses valeurs, sa représentante Sabrina Goldman fut violemment prise à parti par des militants échaudés quand celle-ci évoqua son opinion, à savoir  une citoyenneté qui serait facilitée par l’acquisition du vote des étrangers au sein d’élections locales :

Et ce coup-ci, ce fut le tour du député Jacques Myard de s’en prendre violemment à Sabrina Goldman, défendant pour sa part l’idée qu’on ne « distribue pas la nationalité française comme on distribue un paquet de lessive ». Choquée par ses propos, elle s’étonnera du fait d’être invitée par des gens qui refusent le débat. Jean-François Coppé tentera de rattraper une situation qui visiblement devient de plus en plus pénible à gérer:

Autre point de tension pour l’UMP, c’est l’invitation refusée par le MEDEF, pourtant connu comme proche de l’Élysée. Il semblerait que l’instauration d’une loi obligeant les entreprises à verser une prime annuelle de 1000€ à ses salariés ait créé une crise plus grave que prévu entre le parti de Nicolas Sarkozy et l’organisation de Laurence Parisot. Et pour Pierre Goasguen d’enchainer, après avoir rendu hommage à Medecins du Monde, sur l’idée que la loi est plus importante que la santé publique:

Au final, on sort de la convention avec un sentiment bizarre: quelque chose a bien changé à l’UMP. On peut clairement dire que ça sent mauvais: le racisme y est palpable, surtout dans les commentaires de certains militants et proches du parti majoritaire. On a pu même y entendre des insultes, comme le confirme ici le journaliste Bruno Roger-Petit. Un exemple cocasse démontre une certaine perversité de la salle, où l’intervention d’un militant, qui se dit lui même issu de la culture musulmane et affirmant « que l’immigration ne posait pas problème quand c’était des Polonais, des Italiens, des Espagnols, etc. « , pour ainsi ajouter qu’il faudrait « crever l’abcès avec l’Islam », fut richement applaudi par ceux-là mêmes qui applaudissaient au discours de Claude Guéant:

Monsieur Jo

Dernière minute: suite à l’altercation entre Sabrina Goldman et quelques élus UMP, la Licra a fait savoir qu’elle ne participerait plus aux conventions de l’UMP.

Publicités

2 réponses à “À l’UMP, le thème de l’immigration provoque la discorde … et des dérapages

  1. Pingback: Copé prépare t-il la défaite de Sarkozy en 2012? | L'Oeil de Monsieur Jo sur les présidentielles de 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s