Un Mélenchon très « Jaurèssien » à la rencontre des français

Après l’adoubement du PCF, Jean-Luc Mélenchon a tenu son premier meeting en tant que  candidat pour le Front de Gauche aux élections présidentielles de 2012. Place Stalingrad, métro Jaurès à Paris, que de symboles qui ont parlé aux 6000 sympathisants venus entendre celui qui appelle au rassemblement pour une « révolution citoyenne ».

On était serré le 29 juin, en cette belle fin d’après-midi d’été, sur la place Stalingrad.  « Le peuple », comme aime dire Mélenchon, est venu, mais aussi des gens plus connus, comme Gérard Miller, le dessinateur Wolinski ou le rédacteur en chef de Charlie Hebdo Charb.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’humeur était à la fête. Des stands ludiques ont été dressés, et il n’y a pas que Mélenchon qui est pourvu d’humour piquant:  voici « La roue des grosses fortunes ». Un succès évident.

Ou encore le stand lecture. Ici, tous les ouvrages écrits par le député européen sont disponibles, « histoire de lire autre chose que Voici ou Gala sur la plage cet été ». Sourires.

Et pour compléter sa collection d’objets insolites, le fameux T-Shirt « Qu’ils partagent ou qu’ils dégagent ». Radical et populaire. Après vérification, il n’en restait plus un seul à la fin du meeting.

Mais il est évident que les gens présents sur la place Stalingrad ne sont pas venus seulement pour faire du shopping. On sent un enthousiasme. Une envie d’y croire, comme s’ils avaient enfin trouvé celui qui parle leur langage, celui d’une radicalité intelligente. Et Jean-Luc Mélenchon est connu pour sa verve et son sens de la phrase. Il est aussi connu pour être un connaisseur de l’histoire. Jaures et Stalingrad, deux symboles si forts pour beaucoup de sympathisants de gauche. Tous venu pour entendre « celui qui a osé quitter le PS et sauter dans le vide », comme le dit Marie-Georges Buffet,  il a pu ainsi rendre hommage aux soldats russes « ayant brisé les reins des nazis ». Mais trêve de commentaires, voici l’intégralité de son discours vu de la tribune. Moment solennel et fort.

On a pu entendre parmi les commentaires que le discours du chef avait un ton très « gaullien »: « oui, mais celui du 18 juin! ». Pour un cadre du PCF, la référence ne pas très plaisante: « ni de Gaulle, ni Mitterrand. Nous, on pense à l’avenir! ».

Et petite pépite: le discret bras droit d’Arnaud Montebourg, Gaël Brustier était aussi présent. Son mentor est actuellement candidat à la primaire du Parti Socialiste.

Mais visiblement, il aurait peu de chances d’être promu au rang de candidats officiels du parti de la rue de Solférino. Est-ce alors le début d’un possible ralliement du député, connu pour son programme en faveur de la VIe République? Certains bruits de couloirs parlent de cadres et de sections PS qui refuseraient de participer à la campagne si jamais François Hollande était le candidat socialiste. Une affaire à suivre…

Monsieur Jo

Publicités

Une réponse à “Un Mélenchon très « Jaurèssien » à la rencontre des français

  1. Merci pour ce discours filmé du public 🙂 Je trouve que la retransmission de LCP était défaillante au niveau du son.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s